Retour

Nicole Dostaler photo

Nicole Dostaler

Au milieu de la soixantaine,
j’ai parfois l’impression que, à l’instar du fameux chat à neuf vies, j’ai eu le privilège de vivre plusieurs vies en une !


819-208-1144
masternicole@hotmail.com
Gatineau, Québec
Ma jeunesse

J’ai grandi à Gatineau entre le moulin de pâtes et papier et la cathédrale Saint-Jean Marie Vianney et les heures de ma vie d’enfant étaient joyeusement rythmées par les carillons du clocher de l’église et les sonneries de l’usine.

Église billots moulin

Enfant sensible et émotive, j’ai grandi comme une mauvaise herbe, animée d’une résilience qui m’étonne aujourd’hui. Tous les soirs avant de m’endormir je me posais les mêmes questions :
- « Qui suis-je vraiment ? Qu’est-ce que je fais ici sur Terre ? Pourquoi suis-je née ? À quoi ça sert la vie ? À quoi ça sert la souffrance ? Où ça mène tout ça ? »

Je jouais de la guitare et je lisais un ou deux livres par jour.

J’ai commencé à travailler tôt dans ma vie et j’adoré ça. J’ai appris le service à la clientèle à l’épicerie de mon grand-père, dans des foires, au magasin de musique, chez un concessionnaire, au gouvernement fédéral, dans des banques, des imprimeries et plus. J’ai compris comment fonctionne l’esprit humain et l’importance de satisfaire les besoins des patrons et des clients.

Je me suis mariée à 19 ans. Cinq ans plus tard j'ai offert à mon mari un cadeau de Noël original : un divorce tout payé, puisque j'avais droit à l'aide juridique et pas lui.
    • A cours de cette période de ma vie, j’ai réalisé à quel point les attitudes, les perceptions et les croyances des gens se reflètent dans leur corps et dans leur vie.
Nicole l'informaticienne

Durant mon retour aux études en administration à l’UQO, en 1981, j’ai participé aux balbutiements de la micro-informatique. Les mathématiques et les algorithmes me fascinaient, ils étaient pour moi un langage porteur de sens et modélisaient la réalité qui m’entourait.

Je me suis plongée dans l’étude des grammaires hors-contexte et des compilateurs pour finalement obtenir mon baccalauréat en sciences appliquées de l'informatique. Je suis ensuite devenue une participante active dans l’automatisation des postes et des centrales d’Hydro-Québec.
    • Durant cette partie de ma vie, j’ai réalisé que pour rendre une stupide machine capable de comprendre un brillant ingénieur, il me faut étudier le brillant ingénieur.
Du langage machine au langage du corps, je deviens fasciathérapeute

Lorsque mon corps a commencé à me faire tellement mal que je ne pouvais plus l’ignorer, je me suis mise à la recherche de traitements qui pourraient réellement m’aider.

J’avais une scoliose ainsi qu’une épaule qui se disloquait régulièrement. Les postes de travail ne connaissaient pas encore les principes de l’ergonomie et ma posture était souvent toute tordue devant l’ordinateur.

Malgré les visites chez le médecin, les séances de physiothérapie et de chiropratique, je n’avais trouvé aucun soulagement durable.

Ma rencontre avec la méthode Danis Bois (MDB) fut un des vrais beaux cadeaux de ma vie, parce que :
  • cette méthode représentait pour moi un algorithme cohérent de la santé, une sémantique porteuse du sens de la vie dans le corps,
  • la fasciathérapie MDB me soulageait vraiment,
  • la méditation MDB me permettait de gérer mon stress et de me reconnecter à l’essentiel,
  • la gymnastique MDB entretenait ma souplesse et ma vitalité.
    • J’ai consacré plus de 15 années de ma vie à l’étude de la fasciathérapie MDB, de l’ostéopathie et de nombreuses autres approches thérapeutiques.
Depuis 1991 je dirige ma clinique, dans laquelle j’offre mes services de fasciathérapeute et d’accompagnatrice du changement.

J'ai fait de très nombreuses formations professionnelles : approches manuelles, approches énergétiques et approches psychologiques.

Au fil des années, j'ai organisé et animé des forfaits Vacances-santé en République Dominicaine. J'ai suivi des séminaires en France, aux États-Unis, au Mexique et en Équateur. J'ai exploré la côte ouest de la Colombie Britannique à la Californie et j'ai fait une quête de vision dans le désert Mojave.

Développement personnel et spirituel à l'école de Ramtha (RSE)

Depuis 1991, j'ai participé à une vingtaine de séminaires en personne à l'école de Ramtha. J'ai aussi étudié et fait les exercices d'une trentaine de livres et d'environ 200 CD et DVD. Le modèle de la réalité de Ramtha, sa vision de la vie, de la mort, du cerveau humain, de la conscience et de l'énergie me préparent à accompagner les gens d'une manière originale et efficace.

Si vous lisez l'anglais, l'histoire suivante vous donnera une idée à quoi ressemble un séminaire à l'école de Ramtha. J'y raconte aussi un miracle... Cliquez sur la photo !

Photo RSE Fieldwork

Aujourd'hui je me démarque de cette école parce que je refuse d'adhérer au discours intolérant véhiculé par les étudiants et les professeurs.

2020-2021

Lorsque je me suis retrouvée confinée chez moi, comme la plupart d'entre vous, j'ai recommencé à lire, ce que je ne faisais plus depuis plusieurs années. Et je me suis découvert une passion nouvelle pour la puissance du subconscient, la recherche en neuro-sciences et l'hypnose.

Je me suis alors inscrite à l'école professionnelle d'hypnose thérapeutique et médicale (EPHTMC), où j'ai rapidement obtenu mon certificat de Technicienne en hypnose thérapeutique. J'ai ensuite complété la scolarité du cursus de Praticienne, puis j'ai quitté en cours de route parce que l'approche de cette école ne correspondait pas à ma passion de l'hypnose : trop de psycho-thérapeutique et pas assez de travail avec le subconscient.

Cet automne 2021, je démarre ma pratique en hypnose à Buckingham, en Outaouais. J'accompagnerai les gens en personne (tant que les autorités sanitaires le pemettront) et aussi sur Zoom.

Une nouvelle vie s'ouvre à moi, je fais le premier pas... !

Merci !